L’ESSENTIEL DE L’INFORMATION SUR LES ZONES CÔTIÈRES

Importance des espaces littoraux pour les sociétés humaines

Les zones côtières sont parmi les écosystèmes les plus productifs et les plus biologiquement riches de la planète. Des lieux tels que les marais, les mangroves, les estuaires et les récifs coralliens ne font pas qu’abriter une grande variété de formes de vie; elles sont aussi le point de départ de la plupart des chaînes alimentaires océaniques, et beaucoup d’espèces les utilisent comme frayères.

Pour ces raisons, elles sont essentielles au maintien de la biodiversité marine de tout le système océanique. Les écosystèmes côtiers rendent également une grande diversité de services dont bénéficient tous les habitants du monde : ils fournissent un habitat et des réserves de pêche, ils attirent le tourisme et d’autres vecteurs de revenus, et agissent à la manière d’un filtre naturel pour les eaux usées. Leur efficacité a également été prouvée quant à leur rôle de rempart naturel contre l’érosion, mais également contre les violentes tempêtes et les tsunamis.

Les causes

C’est sur les écosystèmes côtiers que l’impact de l’Homme est le plus important. Les zones côtières et les villes qui y sont situées attirent de plus en plus de personnes. Les activités humaines qui conduisent à des problèmes environnementaux sur les côtes augmentent en même temps que la densité des populations qui y sont établies : construction et développement des rivages (urbanisation, aménagements touristiques, ports…), activités intérieures (agriculture, déforestation, industrialisation, barrages sur les rivières…), surexploitation des ressources vivantes côtières, et impact du tourisme.

Les conséquences

Plus la population est grande sur les zones côtières, plus la pression est importante sur la mer et les terres. Cela a eu pour résultat une augmentation du volume d’eaux usées d’origine domestique et industrielle, la multiplication de sites d’enfouissement des déchets et une érosion des lignes de côtes due à la construction d’infrastructures sur les rivages. Les paysages et habitats naturels sont modifiés, bouleversés et détruits. La pollution provoque une perte de la biodiversité et altère les conditions de vie, les chaînes alimentaires et tous les écosystèmes marins. Les lagons et les eaux côtières sont exploités, les récifs sont endommagés par la pêche et le tourisme, les marais sont asséchés, les zones inondables entourant les estuaires sont bâties et réduites, les mangroves sont coupées pour leur bois et l’aquaculture. Les stocks de poissons, l’eau douce, les sols et le sable des plages sont souvent surexploités. Les conséquences sont la perte de ressources, particulièrement dans les pays en voie de développement, des problèmes de santé et d’accès à l’eau, un impact économique et social lié à la perte de revenus et d’emplois (industrie de la pêche, tourisme, augmentation des coûts de gestion des zones côtières), etc.

Gestion et solutions

Le développement durable des zones côtières nécessite l’application d’une suite de mesures adaptées aux circonstances locales, nationales et régionales. Les problèmes côtiers et marins nécessitent des solutions amplement réfléchies qui tiennent compte des enjeux sociaux, économiques et écologiques. Par exemple, le tourisme côtier et l’implantation de populations sont des contributeurs majeurs de la valeur économique générée par les environnements côtiers d’une nation, mais ont un impact croissant sur les ressources marines. Bien gérés, ils représentent des opportunités économiques, sociales et culturelles. La Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) offre une structure pour l’intégration environnementale, économique, sociale et culturelle, et présente un intérêt de santé publique, le tout en faveur du développement durable. Une des stratégies du GIZC vise à coordonner tous les usages et activités des zones côtières, à la fois pour le public et les secteurs privés, selon un éventail de politiques et de pratiques de gestion des ressources ayant fait l’objet d’un accord préalable. Sans une approche intégrée, gérer le développement de manière efficace peut s’avérer difficile.